Accueil » Accès par thème » Affaires étrangères et coopération » Débat sur la demande du Gouvernement tendant à autoriser la prolongation de l'intervention des forces armées en Libye

Affaires étrangères et coopération<<< Revenir à la liste


Débat sur la demande du Gouvernement tendant à autoriser la prolongation de l'intervention des forces armées en Libye

Jean-Michel BAYLET

M. le président. La parole est à M. Jean-Michel Baylet, pour le groupe RDSE.

M. Jean-Michel Baylet. Monsieur le président, monsieur le Premier ministre, monsieur le ministre d'État, monsieur le ministre, monsieur le secrétaire d'État, mes chers collègues, le 22 mars dernier, nous avons débattu ici même de l'engagement des forces françaises en Libye aux côtés de quinze autres pays mobilisés pour l'application de la résolution 1973 votée par le Conseil de sécurité des Nations unies quelques jours auparavant.

C'est sur le fondement du principe de la « responsabilité de protéger » que les pays coalisés se sont fixé pour objectif de garantir la sécurité du peuple libyen.

Comment ne pas souscrire à ce principe de protection des populations civiles ?

Attentifs aux aspirations démocratiques des Libyens et inquiets de la répression féroce exercée par le Guide contre son peuple, les radicaux de gauche se sont montrés favorables à l'engagement de militaires français dans cette région, sous réserve bien entendu que nos forces se cantonnent dans la stricte application de la résolution 1973.

Aujourd'hui, nous devons nous prononcer, conformément à la révision constitutionnelle, sur la prolongation de cette intervention, qui excédera bientôt quatre mois. Tout naturellement, nous pensons en premier lieu, dans ce débat, à nos soldats engagés en Libye, comme à ceux qui sont engagés sur l'ensemble des territoires opérationnels.

Mes chers collègues, en visant les défenses antiaériennes et les centres de commandement de Kadhafi, les premières frappes aériennes ont permis de stopper les forces loyales arrivées aux portes de Benghazi - il était temps ! - pour en découdre avec les rebelles.

Les premières opérations, menées principalement par les Américains, les Français et les Britanniques, ont permis de protéger la population de la ville côtière du bain de sang annoncé, proclamé par le fils du Guide lui-même. Si l'on a pu à un moment redouter un enlisement, l'avancée significative des insurgés sur la route de Tripoli a, ces derniers jours, redonné espoir.

Nous devons donc, mes chers collègues, accompagner cette progression. Mais nous devons aussi bien entendu rester dans le cadre du mandat qui nous a été confié par les Nations unies. Toutefois, rappelons-le après d'autres, il nous revient non pas de renverser directement le régime de Kadhafi, mais seulement d'aider le peuple libyen à devenir maître de son destin.

Quelle sera l'attitude des pays coalisés en cas de résistance à Tripoli, ce qui n'est pas à exclure compte tenu de la fidélité historique de la capitale libyenne au Guide ? Outre notre obligation de retenue sur le plan opérationnel, qui nous interdit tout envoi de troupes au sol, nous devons aussi ménager certains acteurs qui, dans la région, s'impatientent. Je pense en particulier à la Ligue arabe et à l'Union africaine, qui doivent faire supporter à l'opinion publique des pays qu'ils représentent le spectacle d'avions occidentaux bombardant un pays arabe.

Ajoutons à tout cela que les dommages collatéraux ne pourront que s'amplifier si le conflit devait encore durer longtemps.

Je pense surtout au drame humanitaire qui se joue à la frontière tuniso-libyenne.

Par ailleurs, la France s'était très tôt engagée auprès du Conseil national de transition à larguer des armes légères et des munitions dans les montagnes du Djebel Nefoussa. Cette initiative s'inscrit, nous le savons, hors du cadre de l'OTAN. C'est un point sur lequel vous devez, monsieur le ministre, vous expliquer. Est-il raisonnable de procéder à des largages d'armes qui pourraient alimenter un trafic au bénéfice des organisations terroristes, très présentes dans cette zone ?

M. Didier Boulaud. Exactement !

M. Jean-Michel Baylet. Enfin, la prolongation de l'intervention des forces françaises en Libye pose la question de la durée. Avons-nous les moyens d'intervenir très longtemps ? À en croire le chef d'état-major de la marine française, la réponse est négative, d'autant plus que le budget des opérations extérieures, s'il a été réévalué dans le cadre de la loi de finances pour 2011, n'est pas extensible à l'infini.

Monsieur le Premier ministre, monsieur le ministre d'État, monsieur le ministre, monsieur le secrétaire d'État, mes chers collègues, malgré ces quelques réserves, et compte tenu du caractère humanitaire de cette intervention, mais aussi parce que nous considérons qu'il est indispensable de soutenir nos troupes engagées dans des opérations extérieures, les radicaux de gauche voteront la prolongation demandée. (Applaudissements sur les travées du RDSE, de l'Union centriste et de l'UMP, ainsi que sur certaines travées du groupe socialiste.)

M. Didier Boulaud. Très bien !


Visualisez la vidéo sur le site du Sénat :

<<< Revenir à la liste