Accueil » Accès par thème » Affaires étrangères et coopération » Déclaration du Gouvernement, suivie d'un débat, sur l'engagement des forces aériennes au-dessus du territoire syrien

Affaires étrangères et coopération<<< Revenir à la liste


Déclaration du Gouvernement, suivie d'un débat, sur l'engagement des forces aériennes au-dessus du territoire syrien

M. le président. La parole est à M. Jacques Mézard, pour le groupe du RDSE.

M. Jacques Mézard. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, voilà tout juste un an, le Gouvernement informait le Parlement de sa décision d'engager les forces aériennes françaises en Irak, en réponse à la menace croissante exercée par Daech.

Le 13 janvier dernier, le Parlement, dans un large consensus, autorisa la prolongation de l'opération Chammal. Aussi est-il logique aujourd'hui d'étendre cette opération à la Syrie.

Lors des différents débats, le groupe du RDSE, par la voix de notre collègue Robert Hue, avait approuvé la décision du Président de la République, une approbation qui fut toutefois, je le souligne, assortie de réserves.

Compte tenu de l'aggravation du chaos dans la zone irako-syrienne occupée par les djihadistes, on peut aujourd'hui s'interroger sur l'efficacité des réponses apportées par la communauté internationale.

Je ne remets pas en cause, bien sûr, le principe des frappes aériennes de la coalition anti-Daech en Irak, qui était indiscutable pour mettre rapidement un terme à la progression fulgurante des combattants djihadistes.

D'abord, les autorités de Bagdad avaient demandé à la France une intervention extérieure.

L'instauration, au cours de l'été 2014, d'un califat terroriste sur une partie de l'Irak et de la Syrie a constitué une entreprise sans précédent et très inquiétante pour la région : al-Baghdadi a réussi là où Ben Laden avait échoué.

Ensuite, vous l'avez souvent rappelé dans vos interventions, monsieur le ministre, Daech constitue une menace non seulement pour la région proche-orientale, mais également pour le monde entier, notamment pour l'ensemble des pays européens, au premier rang desquels la France. Les attentats commis à Paris au début de l'année l'ont illustré tragiquement.

Je n'oublie pas non plus la crise des réfugiés, ce drame humanitaire qui pose un important défi à l'Europe, en termes non seulement d'accueil, mais aussi de cohésion politique. La France a pris ses responsabilités. C'est ainsi que 700 de nos militaires effectuent depuis douze mois des missions aériennes, des frappes ciblées. Saluons le courage de tous ces hommes et toutes ces femmes fortement mobilisés en soutien aux forces irakiennes !

Seulement voilà : cette supériorité dans les airs montre ses limites sur le terrain. De fait, si la coalition anti-Daech a évité le pire, on ne peut pas dire – soyons lucides – que la situation se soit améliorée.

Daech possède une capacité de résilience qui a sans doute été sous-estimée, et chacune de ses conquêtes lui ouvre une manne financière qui la régénère, ainsi qu'un réservoir humain, car les terroristes peuvent s'appuyer aussi sur une partie de la population ; ils attirent par la terreur, mais nous savons qu'une partie des sunnites, éprouvés par la politique désastreuse de l'ancien premier ministre irakien al-Maliki, n'ont pas de mal à se laisser séduire : Mossoul s'est sentie plus libérée qu'envahie. Aussi le califat irako-syrien semble-t-il avoir de beaux jours devant lui, hélas !

La perte de Tikrit, en mars dernier, constitue la dernière défaite majeure de Daech. Depuis lors, l'organisation terroriste a conservé Falloujah à l'est, Mossoul au nord et, à l'ouest, elle s'est installée à Palmyre, en Syrie. Résultat : nous sommes au pied du mur.

Alors que la question des frappes en Syrie était restée taboue jusqu'à l'été, le Président de la République a annoncé la semaine dernière des vols de reconnaissance. Autant le dire : ils sont le préambule à des frappes. Autant dire aussi qu'un revirement s'est produit dans la position française.

Les sénateurs du groupe RDSE jugent eux aussi évident que la progression de Daech appelle un coup d'arrêt. Ils sont donc favorables à l'action entreprise, mais ils savent aussi que la réponse militaire ne suffira pas ; d'ailleurs, elle a déjà montré ses limites.

Notre groupe s'est souvent exprimé sur les questions du Moyen-Orient et du Maghreb par la voix de notre ancien collègue Jean-Pierre Chevènement, dont je tiens à saluer la connaissance et la vision lucide, à laquelle nous souscrivons pleinement. Comme lui, nous considérons Daech comme un danger effroyable, qui ne saurait être combattu d'un seul côté d'une frontière devenue virtuelle ; nous sommes favorables à l'extension des frappes, en considérant, comme lui, que cette intervention n'a de sens qu'avec un minimum de coordination avec le régime syrien, ce qui ne signifie en aucune façon que l'on excuserait les dérives et les atrocités de ce dernier.

À ce stade de mon propos, mes chers collègues, comment n'insisterais-je pas sur le désastre de la politique menée par les puissances occidentales au Moyen-Orient, et comment ne saluerais-je pas une fois encore la sagesse dont fit preuve le président Jacques Chirac en 2003 ?

M. Bruno Sido. Très bien !

M. Jacques Mézard. Notre groupe ne s'est jamais fait remarquer par son attachement au gaullisme de la Ve République… (Sourires.) Reste qu'il est plus que temps de méditer sur la pertinence du principe de non-ingérence dans les affaires des autres États. Les peuples ont une histoire, et ces histoires sont diverses ; penser que nous allons imposer nos conceptions démocratiques par la force est une profonde erreur.

Certes, en Afghanistan, c'est l'URSS qui a commencé. Mais la suite n'est pas glorieuse, et voici que les talibans sont de nouveau à portée de Kaboul. Quel est le résultat de la guerre de 2003 en Irak ? La destruction totale d'un État clé dans la région, que l'Occident n'avait pas hésité à utiliser contre l'Iran. Par ailleurs, si on ne peut défendre des régimes autoritaires souvent sanguinaires, était-il judicieux de détruire en Irak et en Syrie le parti Baas, seul parti laïc dans cette région du monde ?

Quant aux printemps arabes, le sécateur de l'islamisme et du djihadisme en a fauché les bourgeons avant floraison. Fait-il aujourd'hui rêver un seul peuple ? Songeons à l'Égypte, où les mitrailleuses ont fait taire les manifestants pour asseoir le nouveau pouvoir, ou à la Tunisie, où, pour préserver un équilibre fragile, le concours de tous est aujourd'hui nécessaire, y compris sur le plan financier – il y a urgence, monsieur le ministre !

Comment pourrais-je oublier la Libye ? Kadhafi achevé dans un tunnel, ce pays avec deux gouvernements et de multiples chefs de guerre n'a désormais rien d'un État, et il est devenu un couloir de migration pour l'Afrique. Quand notre politique étrangère est inspirée par un philosophe doré, elle est fragile par définition…

Il est des interventions armées qui sont fondées en droit et que nous soutenons sans réserve, des interventions qui découlent de l'application de traités bilatéraux conclus par la France ou de votes de l'ONU : tel est le cas de nos engagements au Mali et en Centrafrique.

J'ajoute que le volet politique compte davantage que le volet militaire. En effet, il est évident que le règlement d'un conflit passe par une stratégie diplomatique claire associant tous les acteurs, dans la région et même au-delà ; une telle stratégie suppose un agenda et une concertation avec toutes les parties prenantes, hors Daech et assimilés.

Pour élaborer une pareille stratégie, mes chers collègues, il faut naturellement un minimum de suite dans les idées. De ce point de vue, je regrette que la position française ait évolué au gré des événements.

Vous nous dites, monsieur le ministre, que l'on pourrait frapper en territoire syrien, mais que ces éventuelles frappes seraient menées sans concertation avec le régime du président Bachar al-Assad. Vous nous dites aussi qu'il serait question non plus du départ de celui-ci, mais de sa neutralisation : qu'est-ce que cela signifie concrètement en langage diplomatique, et plus encore en langage militaire ? Ce nouvel objectif préfigure-t-il enfin une position plus réaliste ?

Ainsi que l'a conseillé Clausewitz, « il ne faut pas faire le premier pas sans envisager le dernier ». Or nous savons très bien que la stratégie de sortie devra intégrer les autorités de Damas, car tel est le vœu de la Russie et de l'Iran, qui sont, comme vous le savez, des puissances incontournables dans la région – il suffit de se rappeler pourquoi Genève 1 et Genève 2 ont échoué.

Ensuite, soyons honnêtes concernant les résultats de la stratégie d'appui sur les islamistes modérés – deux mots assez difficiles à accoler. Force est de constater qu'elle n'a pas fonctionné, même si elle était plus souhaitable que le jeu dangereux joué par les États-Unis avec le Front al-Nosra, qui est tout simplement al-Qaida. Qui aurait imaginé, à la fin de 2001, que les États-Unis aideraient al-Quaida ?

Enfin, en éteignant un incendie ici, il ne faudrait pas en allumer un autre ailleurs. Je pense à la question kurde, qui rend nécessaire la pleine association de la Turquie à une stratégie de sortie.

Mes chers collègues, il me semble que la paix et une structuration politique sont possibles là-bas comme ailleurs. Le monde arabe a connu son siècle des Lumières : la Nahda, dont l'esprit a été perpétué par certains partis politiques arabes.

Monsieur le ministre, si des frappes militaires sont nécessaires pour stopper l'avancée de Daech, je répète que les membres du RDSE y sont favorables ; mais proposez-nous aussi un scénario de sortie qui serait mis en œuvre dans le cadre de l'ONU et rassemblerait toutes les parties prenantes, je dis bien toutes. Nous vous faisons confiance, monsieur le ministre, pour agir en ce sens, au service de la sécurité régionale et internationale ! (Applaudissements sur les travées du RDSE, sur plusieurs travées du groupe socialiste et républicain et sur la plupart des travées de l'UDI-UC et du groupe Les Républicains.)


Visualisez la vidéo sur le site du Sénat :

http://flvog.tdf-cdn.com/7325/VOD/gouvernement/2015/DG20150915-syrie-05-mezard.flv
<<< Revenir à la liste