Accueil » Accès par thème » Affaires étrangères et coopération » Projet de loi autorisant la convention entre la France et Andorre en vue d'éviter les doubles impositions et de prévenir l'évasion et la fraude fiscales en matière d'impôts sur le revenu

Affaires étrangères et coopération<<< Revenir à la liste


Projet de loi autorisant la convention entre la France et Andorre en vue d'éviter les doubles impositions et de prévenir l'évasion et la fraude fiscales en matière d'impôts sur le revenu

François FORTASSIN

Mme la présidente. La parole est à M. François Fortassin.

M. François Fortassin. Madame la présidente, monsieur le secrétaire d'État, mes chers collègues, la lutte contre la fraude et l'évasion fiscales est inscrite depuis 2009 à l'agenda des grands rendez-vous internationaux. Elle est aussi devenue une priorité pour certaines organisations internationales ; ainsi, l'OCDE a mis au point une convention fiscale multilatérale concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale, en cours de ratification par de nombreux pays. Parallèlement, au cours des dernières années, la France a conclu de nombreux accords bilatéraux.

Cette prise de conscience s'explique principalement par le coût de cette fraude, évalué à 1 000 milliards d'euros chaque année pour les seuls États membres de l'Union européenne.

Sur le front européen aussi, la mobilisation prend forme : la lutte contre la fraude fiscale a figuré à l'ordre du jour du Conseil européen du 22 mai 2013.

Les révélations récentes ont mis en lumière l'ampleur de ce fléau, ainsi que la complicité de certains États et établissements bancaires pour permettre à des revenus d'échapper partiellement ou totalement à l'impôt.

Les évolutions nécessaires n'ont évidemment pas épargné l'enclave pyrénéenne d'Andorre. Nos concitoyens, au moins ceux qui vivent dans le Sud-Ouest, connaissent les attraits de cette principauté : ses domaines skiables fortement enneigés, ses sources d'eau thermale, ses supermarchés où l'on trouve alcool et cigarettes à bas prix. (Sourires.) Dans ce territoire à l'histoire ancienne, les hivers seraient aussi rudes que la fiscalité est douce : voilà pour la carte postale ! (Nouveaux sourires.)

Quant aux mieux renseignés, ils savent que ce petit territoire abritait à nos portes un paradis bancaire et fiscal. De fait, à l'issue du sommet du G20 de Londres, en avril 2009, l'OCDE a placé Andorre sur la liste grise des États et territoires insuffisamment coopératifs.

Sous la pression internationale, et du fait aussi des importantes difficultés auxquelles elle est confrontée depuis 2008 à la suite de l'éclatement de la crise économique et du ralentissement de l'activité en Espagne, la Principauté a entrepris une série de réformes pour diversifier son économie et normaliser son système fiscal. Ainsi, Andorre a instauré une TVA, un impôt sur les sociétés et même un impôt sur le revenu, entré en vigueur le 1er  janvier dernier.

Par ailleurs, la principauté a conclu depuis 2009 de nombreux accords relatifs à l'échange de renseignements en matière fiscale ; l'approbation de l'accord signé avec la France a été autorisée par notre assemblée.

J'en viens au contenu de la présente convention.

La première partie de la présente convention fixe les modalités d'élimination des doubles impositions. Reprenant le modèle de l'OCDE, elle fait consensus, s'agissant aussi bien de l'imposition des revenus immobiliers et des bénéfices des entreprises que de celle des revenus passifs et des salaires.

Les clauses anti-abus visant l'optimisation fiscale agressive, introduites à la demande de la France et dépassant le cadre du modèle de l'OCDE, constituent des avancées ; elles sont cependant insuffisantes, et nous attendons avec impatience la publication de la convention multilatérale de l'OCDE contre l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices.

En ce qui concerne l'échange d'informations, la présente convention n'apporte pas d'amélioration notable. Le Gouvernement a fait état des bonnes relations entretenues avec les autorités andorranes depuis l'accord de coopération fiscale du 22 septembre 2009. Reste qu'il aurait été préférable que l'échange automatique d'informations soit inscrit dans la convention, dans la mesure où la France est à la pointe du combat en faveur de sa généralisation et où Andorre s'est engagée à le mettre en œuvre à partir de 2018.

J'en arrive au point d'achoppement qui a entraîné le rejet du projet de loi par notre assemblée en première lecture : la clause, inscrite à l'article 25, prévoyant la possibilité d'une imposition à raison de la nationalité, qui est de nature à susciter l'inquiétude de certains de nos concitoyens expatriés. Cette inquiétude, nous pouvons la partager, compte tenu notamment de la rédaction choisie et du caractère inédit de cette stipulation.

Toutefois, le Gouvernement, que nous soutenons, a expliqué qu'il n'avait pas de projet caché au sujet d'un éventuel impôt fondé sur la nationalité, et que cette clause avait été prévue à l'époque où Andorre ne disposait pas d'une fiscalité directe sur les revenus. Nous lui faisons confiance. En outre, nous savons que les lourdeurs de procédure ne permettent pas de modifier aisément ce type d'accords internationaux.

À nos collègues de la majorité sénatoriale, qui voient dans cette clause un cheval de Troie fiscal, nous rappelons qu'une telle modification de notre droit fiscal nécessiterait des mesures législatives, en vertu de l'article 34 de la Constitution, de sorte que le Parlement aurait forcément à se prononcer.

Compte tenu des garanties apportées par le Gouvernement, la très grande majorité des sénateurs du Rassemblement démocratique et social européen voteront, comme en première lecture, le projet de loi autorisant l'approbation de la convention. Elle nous permettra également de renforcer nos liens avec ce petit État, avec lequel nous entretenons des échanges économiques faibles par rapport à ceux qu'il entretient avec l'Espagne.

<<< Revenir à la liste