Accueil » Accès par thème » Économie et finances, fiscalité » Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2012 à 2017

Économie et finances, fiscalité<<< Revenir à la liste


Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2012 à 2017

M. le président. La parole est à M. François Fortassin.

M. François Fortassin. Monsieur le président, monsieur le ministre délégué, mes chers collègues, le projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2012 à 2017 présente un certain nombre d'imperfections.

Au hasard de la discussion, un vieil adage populaire m'est venu à l'esprit : « Mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et malade ». (Sourires.)

À cet égard, un certain nombre de nos collègues feraient bien de se demander si la maladie est arrivée subitement ou si elle n'est pas plutôt le fait de refroidissements successifs et de grippes contractées pendant plusieurs hivers ! (Nouveaux sourires.)

M. Éric Doligé. Comme les 35  heures, il y a dix ans !

M. François Fortassin. Si vous faisiez ce petit effort, chers collègues, vous vous apercevriez que les responsabilités sont, pour le moins, partagées.

M. François Marc, rapporteur général de la commission des finances. En effet !

M. Bernard Piras. Oui !

M. François Fortassin. Dès lors, cessez de nous donner des leçons en permanence ! En effet, si certains échecs ne vous sont incontestablement pas totalement imputables, vous n'y êtes pas non plus tout à fait étrangers !

M. Daniel Raoul. C'est un euphémisme !

M. François Fortassin. Le Gouvernement nous propose d'entrer dans une phase de redressement. On sait très bien que cela impliquera des efforts ; on sait très bien que cela sera parfois difficile.

Toutefois, j'ai aussi entendu que l'on allait dans la bonne direction. Bien entendu, le choix du chemin diffère selon les sensibilités de chacun.

En tout état de cause, la majorité des membres de mon groupe s'en tiendra à une position simple : l'appui au Gouvernement pour qu'il amorce ce redressement.

Au surplus, tous les articles qui ont été soumis à notre discussion vont dans le sens d'une plus grande justice sociale, ce qui est important pour nous qui souscrivons toujours à cet autre adage : donner plus à ceux qui ont moins. (Applaudissements sur certaines travées du RDSE, ainsi que sur les travées du groupe socialiste.)

 

<<< Revenir à la liste