Contact     Extranet     facebook      twitter      youtube      rss

 

Débat sur l'accord de commerce et de coopération entre le Royaume-Uni et l'Union européenne

Mme la présidente. La parole est à M. Jean-Noël Guérini.

M. Jean-Noël Guérini. Madame la présidente, monsieur le secrétaire d'État, mes chers collègues, ce débat sur l'accord de commerce et de coopération entre le Royaume-Uni et l'Union européenne est une heureuse initiative.

Au terme d'efforts méritoires d'un négociateur en chef, Michel Barnier, dont il faut saluer la ténacité, cet accord nous a assuré d'éviter une absence d'accord, expression devenue synonyme de « cauchemar » depuis le référendum du 23 juin 2016.

Dans quelques semaines, un premier bilan de l'accord entré en vigueur le 1er janvier de cette année sera dressé. Quoi de plus naturel ?

Évidemment, chacun a conscience des effets de la crise sanitaire, dont la gravité et la durée masquent les perspectives.

Récemment, monsieur le secrétaire d'État, tout en saluant les mérites de l'accord, vous avez utilisé un fort joli mot pour qualifier ce qu'il n'abordait pas ou ce qu'il abordait peu : vous avez évoqué ses « incomplétudes ». Belle manière de ne pas nommer ses carences, pour le dire plus directement ! (M. le secrétaire d'État sourit.)

Il en est une que les membres de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées ne peuvent que souligner : celle des questions de défense, comme l'a souligné Christian Cambon, son président.

Si je regrette, ô combien, le départ de l'Union européenne de nos amis britanniques avec fracas et non sans tourments, je me rappelle que d'autres l'ont fait sans bruit, sur la pointe des pieds, sur les plaines enneigées et glacées du Groenland, en 1982.

Vous auriez raison de me dire que comparaison n'est pas raison. La France et le Royaume-Uni sont deux puissances nucléaires, ont un siège au Conseil de sécurité des Nations unies et représentent 60 % des dépenses européennes de défense et 80 % des dépenses de recherche et développement dans ce secteur.

Parler d'« incomplétudes » dans ce dossier me semble inapproprié. J'irai beaucoup plus loin, avec force et conviction.

Je mesure l'insistance de M. Barnier pour intégrer ces questions à l'accord, mais Londres, face à ses demandes, n'a pas jugé « urgent » d'inclure le volet relatif à la défense dans les discussions. C'est somme toute regrettable et loin d'être sans conséquence sur cet épineux sujet, objet de longues et complexes discussions entre la France, l'Allemagne et les vingt-cinq autres pays de l'Union européenne.

Faut-il convoquer les discours qui ont accompagné naguère l'impérieuse nécessité de construire l'Europe de la paix ? Doit-on se remémorer l'intelligence collective qu'il a fallu déployer pour la reconstruction de l'Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ?

Aujourd'hui, le rêve d'une défense européenne – je n'ose utiliser le mot « armée » – reste une chimère et laissons de côté la brigade franco-allemande, à laquelle il faudra bien un jour donner corps. Or il apparaît clairement que la France ne peut supporter seule le poids de la défense de l'Union européenne ni celui de la dissuasion nucléaire, alors que le Brexit est acté ! Surtout, que l'on ne nous oppose pas l'existence de l'OTAN et que l'on ne soutienne pas que le départ des Britanniques ne change rien, puisqu'ils refusaient de concourir pleinement à la politique de sécurité et de défense commune, alors même qu'ils l'avaient relancée par la déclaration franco-britannique de Saint-Malo de 1998.

L'OTAN a été sérieusement affectée par les errements de la présidence Trump et son successeur a bien des chantiers à entreprendre pour que nous puissions espérer un retour rapide à la normale.

Or, dans ce monde où les dangers se multiplient, à l'heure où les crises régionales prospèrent et menacent les équilibres élaborés au lendemain de la chute du mur de Berlin, il ne nous est pas permis d'attendre. C'est l'une des leçons que nous devons tirer de cette « incomplétude » du Brexit. Vous aurez remarqué, monsieur le secrétaire d'État, que j'ai employé ce terme trois fois…

L'Europe des Vingt-Sept n'est pas seulement un grand marché. Elle n'a pas à se préoccuper uniquement des droits des consommateurs et de la libre concurrence. Elle a aussi une citoyenneté à bâtir et à défendre. Pour cela, s'il est indispensable d'analyser le départ du Royaume-Uni, nous devons travailler rapidement, sérieusement, concrètement à l'élaboration de cette défense européenne. Ce chantier n'est pas seulement nécessaire : il est incontournable à l'heure où le multilatéralisme doit être reconstruit. Il est vital pour que la puissance européenne ne soit pas un simple tigre de papier. (Applaudissements sur les travées du groupe RDSE. – M. le président de la commission des affaires étrangères et M. Richard Yung applaudissent également.)

Débat sur l’accord de commerce et de coopération e...
Question d'actualité sur la desserte ferroviaire d...

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.rdse-senat.fr/