Contact     Extranet     facebook      twitter      youtube      rss

 

Projet de loi de finances pour 2019 : relations avec les collectivités territoriales

M. le président. La parole est à M. Éric Gold.

M. Éric Gold. Monsieur le président, monsieur le ministre, messieurs les rapporteurs spéciaux, monsieur le rapporteur pour avis, mes chers collègues, permettez-moi de faire une remarque avant d'aborder les crédits de cette mission : nous savons que le présent projet de loi de finances constitue un dernier replâtrage avant les grands travaux de refonte de la fiscalité locale. Et qui dit « grands travaux », dit « grandes manœuvres » ! Ces dernières ont commencé depuis plusieurs mois déjà.

Pour autant, si de grands chamboulements sont à venir, il serait inexact de dire que le présent projet de loi de finances, à l'image de la présente mission, n'est qu'un texte d'attente.

Cela a été dit, les crédits de la mission « Relations avec les collectivités territoriales » ne représentent que la partie émergée de l'iceberg des relations financières liant l'État aux collectivités, la partie immergée se composant des prélèvements sur recettes, des dégrèvements d'impôts locaux, ou encore de la fiscalité transférée.

Monsieur le ministre, nous savons gré au Gouvernement d'avoir mis un terme à la contribution des collectivités au redressement des finances publiques, via une diminution de la DGF. Nous ne sommes pour autant pas totalement convaincus par le mécanisme qui lui a succédé, même s'il ne concerne que les grandes collectivités, car il repose sur une contractualisation léonine.

Mais revenons à la mission et aux articles qui lui sont rattachés.

Comme les orateurs précédents, je relève la stabilité globale de ses crédits et, plus globalement, des concours de l'État aux collectivités. Cependant, l'affermissement de l'inflation vient quelque peu ternir les éléments de langage gouvernementaux.

Selon les argumentaires développés, notamment dans le bleu budgétaire, trois objectifs sont assignés à la mission : renforcer la péréquation, accompagner l'investissement public local et compenser les charges transférées.

Nous partageons ces ambitions, tant et si bien que mon groupe a déposé des amendements pour les atteindre encore mieux. Ainsi, en matière de péréquation verticale, nous proposerons d'augmenter la DSU et la DSR et, pour ce qui concerne le soutien à l'investissement public local, nous proposerons de remettre la DSIL à son niveau de 2018.

Puisque nous évoquons les actions du programme 119, notons le gel de la DETR et de la dotation politique de la ville, dont les critères d'éligibilité sont d'ailleurs élargis, à l'article 81.

Plusieurs amendements, dont certains ont été déposés par mon groupe, visent à mieux augmenter ces dotations et à en modifier les modalités d'attribution ; je pense notamment à la commission DETR.

Pour ce qui concerne le programme 122, je m'étonne que l'augmentation du fonds exceptionnel d'aide à Saint-Martin, à hauteur de 50 millions d'euros, soit financée au sein de l'enveloppe des concours de l'État. Comme l'a rappelé M. le rapporteur pour avis de la commission des lois, en la matière, c'est la solidarité des collectivités qui remplace la solidarité nationale.

MM. Claude Raynal, rapporteur spécial, et Loïc Hervé, rapporteur pour avis. Eh oui !

M. Éric Gold. Venant à l'examen des articles rattachés, comme souvent nombreux, je mentionnerai tout d'abord la réforme de la dotation d'intercommunalité.

De l'avis de tous, le système actuel, reposant sur autant d'enveloppes que de catégories d'EPCI, était à bout de souffle. Les travaux amenant à la nouvelle mouture ont associé le Comité des finances locales. La principale innovation, outre la fusion des enveloppes, consiste en l'ajout du critère de revenu par habitant. Les simulations semblent indiquer que ce sont les communautés de communes qui bénéficieraient le plus de cette donne.

Toujours à l'article 79, nous défendrons deux amendements visant à mieux prendre en compte les résidents secondaires dans les petites communes touristiques peu riches pour le calcul de la « population DGF ».

S'agissant de l'article 79 bis, relatif à l'information des collectivités quant aux évolutions de la DGF, l'année 2018 a été marquée par d'importantes incompréhensions lors de la notification des montants aux communes et EPCI, malgré la stabilité de l'enveloppe globale. Les variations, dues notamment à la refonte de la carte intercommunale, ont eu un effet désastreux dans les territoires.

Si, comme vous l'avez dit, monsieur le ministre, la DGF est une dotation « vivante », ce qui est souhaitable, nous constatons aussi qu'elle est illisible, ce qui est regrettable. Nous souscrivons donc à l'engagement, pris par le Président de la République devant les maires, d'« ouvrir le chantier de la réforme des règles de la DGF ».

Pour terminer, je veux évoquer les finances des départements. Nous notons la volonté des rapporteurs spéciaux de revenir sur la transformation de la DGE en une dotation de soutien à l'investissement départemental, ou DSID.

Nous prenons aussi acte de la traduction législative de l'accord trouvé entre l'Assemblée des départements de France et le Gouvernement sur un énième plan d'urgence. La pérennisation du fonds de 115 millions d'euros sur trois ans permet de donner un peu de visibilité. S'y ajoute un mécanisme de péréquation horizontale, qui fait l'objet d'un amendement du Gouvernement. Mais, disons-le, un tel plan ne répond pas de façon pérenne à l'enjeu du financement des dépenses sociales, notamment des allocations individuelles de solidarité, les AIS.

Nous serons donc particulièrement attentifs au sort des amendements déposés, notamment par le groupe du RDSE. Il conditionnera notre vote sur les crédits de la mission et sur les articles rattachés. Nous les accueillons, a priori, avec une certaine bienveillance. (Applaudissements sur les travées du groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen et sur des travées du groupe Union Centriste et du groupe Les Indépendants – République et Territoires – M. Alain Richard applaudit également.)

Projet de loi de finances pour 2019 : solidarité, ...
Projet de loi de finances pour 2019 : Enseignement...