Contact     Extranet     facebook      twitter      youtube      rss

 

Projet de loi de finances pour 2021 - Solidarité, insertion et égalité des chances

Mme le président. La parole est à M. Stéphane Artano. (Applaudissements sur les travées du groupe RDSE.)

M. Stéphane Artano. Madame la présidente, madame la secrétaire d'État, monsieur le secrétaire d'État, mes chers collègues, au moment où nous examinons les crédits de la mission « Solidarité, insertion et égalité des chances », permettez-moi tout d'abord de saluer l'engagement des associations et des bénévoles qui œuvrent chaque jour auprès de nos concitoyens les plus fragiles. « La solidarité, c'est aider chacun à porter le poids de la vie et à la rendre plus facile », comme l'écrivait Henri-Frédéric Amiel.

L'examen de ces crédits revêt une dimension particulière en raison de la crise sanitaire, économique et sociale qui frappe notre pays. Cette crise a précipité un million de nos concitoyens dans la pauvreté. Ils sont étudiants, intérimaires, commerçants, autoentrepreneurs ou même salariés fragilisés par le chômage partiel – la liste est encore longue. Ces nouveaux visages de la précarité franchissent, pour la première fois, les portes des associations et des banques alimentaires.

En 1849, Victor Hugo s'insurgeait contre l'incapacité de la société à éradiquer l'extrême misère dans un discours devant l'Assemblée constituante. Un siècle et demi plus tard, malgré les différentes politiques sociales mises en place, nous ne pouvons que constater notre échec à détruire la pauvreté, qui, depuis quelques décennies, ne cesse de croître.

Pour faire face à la crise, le Gouvernement a déjà mis en place plusieurs mesures dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté, et le Premier ministre a annoncé, jeudi dernier, la création d'une aide mensuelle exceptionnelle de 900 euros pour les travailleurs précaires jusqu'en février 2021.

C'est une bonne nouvelle. Même si ces aides ponctuelles sont les bienvenues, nous pensons toutefois qu'il nous faudra, à terme, trouver le moyen de lutter contre la pauvreté avec des dispositifs plus structurels. À ce titre, monsieur le secrétaire d'État, pouvez-vous nous apporter quelques précisions sur l'état d'avancement des travaux engagés sur le revenu universel d'activité ?

En matière de lutte contre les violences faites aux femmes, je note avec satisfaction l'augmentation conséquente des crédits et le renforcement de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, alors que le nombre de violences intrafamiliales s'est accentué avec le confinement, en faisant de ces victimes des otages sans répit.

Les chiffres sont alarmants : entre le 16 mars et le 10 mai dernier, le numéro 3919, destiné à conseiller et à orienter les femmes victimes de violences, a reçu près de 45 000 appels, soit trois fois plus que les mois précédents.

Pendant cette période propice aux violences, de nouveaux dispositifs salutaires ont été mis en place pour permettre aux victimes de briser le silence. Je pense notamment à l'ouverture d'espaces d'accueil éphémères dans les centres commerciaux, au dispositif d'alerte en pharmacie, à la mise à disposition d'un nouveau système d'alerte avec la possibilité d'envoyer un SMS au 114, ou encore à la mise en place d'une ligne d'écoute à destination des conjoints violents ou s'apprêtant à le devenir.

Nous ne pouvons qu'appeler à la pérennisation de ces mesures. Parce que la fin du confinement ne signe pas la fin des violences intrafamiliales : n'oublions pas que, en France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint.

C'est pourquoi je salue l'ouverture du 3919, d'ici à l'été prochain, vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, pour tenir compte du décalage horaire avec les territoires ultramarins.

Il devrait également devenir accessible aux personnes sourdes ou ayant des troubles du langage. Cette mesure est très attendue.

Pour autant, je partage l'inquiétude de la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF) et des associations, qui craignent que le service ne sorte fragilisé de cette procédure et que la rentabilité économique ne finisse par l'emporter sur la qualité du service d'écoute.

En conclusion, le groupe RDSE votera les crédits de la mission. (Applaudissements sur les travées du groupe RDSE.)

Projet de loi de finances pour 2021 - agriculture,...
Projet de loi de finances pour 2021 - recherche et...

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.rdse-senat.fr/