Contact     Extranet     facebook      twitter      youtube      rss

 

Question d'actualité sur l'accueil du public dans les commerces alimentaires

M. le président. La parole est à M. Jean-Claude Requier, pour le groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen.

M. Jean-Claude Requier. Monsieur le président, monsieur le Premier ministre, madame, messieurs les ministres, mes chers collègues, après maintenant plus de trois semaines de confinement, l’immense majorité de nos concitoyens a pris la mesure des règles de sécurité sanitaire à appliquer.

Bien sûr, toutes ces contraintes sont difficiles à vivre. Je me réjouis de la vertu civique de tous ceux qui ont compris que nous vaincrons aussi ce virus par notre responsabilité collective. À charge, pour l’État, de transmettre des recommandations claires et cohérentes, qui seront ainsi d’autant plus efficaces.

Je voudrais évoquer la situation des commerces alimentaires, qui assurent chaque jour l’approvisionnement de notre pays, sans rupture majeure. Je veux saluer en particulier tous les salariés de ce secteur, dont nous mesurons encore plus l’importance, à un moment où ils travaillent dans des conditions difficiles et parfois angoissantes. Nous devons les protéger.

Pour beaucoup de Français, aller faire ses courses est devenu la seule sortie, créant parfois un « effet promenade » irresponsable lorsque cette sortie devient familiale ou s’étire dans la durée.

Si votre gouvernement a déjà restreint la tenue des marchés en lieux ouverts, aucune norme n’a encore été édictée pour préciser les conditions d’accueil du public dans les grandes surfaces et protéger les salariés comme les clients. Cette réglementation est pourtant indispensable, dès lors que les grandes surfaces captent l’essentiel de la distribution alimentaire et peuvent, en outre, vendre d’autres produits.

Monsieur le Premier ministre, des propositions sont déjà sur la table. Par exemple, en Loire-Atlantique, un groupe de soutien scientifique créé sur l’initiative de notre collègue Ronan Dantec a formulé plusieurs recommandations, validées régionalement par l’ARS (agence régionale de santé), telles que la nécessité de se laver les mains à l’entrée des grandes surfaces. En Espagne, il est désormais exigé un panier minimum de course pour justifier une sortie.

Monsieur le Premier ministre, allez-vous saisir le Haut Conseil de la santé publique de ce sujet ?

M. le président. La parole est à M. le Premier ministre.

M. Édouard Philippe, Premier ministre. Monsieur Requier, comme vous, je souhaite tirer un coup de chapeau à l’ensemble de la chaîne alimentaire, des producteurs aux distributeurs, quelle que soit d’ailleurs la forme de cette distribution.

Le système français tient. Il permet à notre pays de ne connaître ni de craindre de pénurie alimentaire. C’est un remarquable exemple de résilience, même si tout cela s’effectue dans des conditions parfois difficiles, je le sais. Le pays a réussi à trouver une façon de garantir l’approvisionnement alimentaire, et je veux saluer tous ceux qui participent à cet effort, qu’ils soient producteurs, agriculteurs ou commerçants de la petite ou de la grande distribution.

Les petits commerces, comme les boulangeries, continuent à exercer leur activité, dont nous avons besoin. Ils nous permettent non seulement de conserver un minimum de lien social, ce qui est utile, mais aussi de garantir le bon approvisionnement alimentaire. Comme vous, monsieur Requier, je tiens à les saluer.

Je le rappelle, l’ensemble des commerces alimentaires peut fonctionner, dans la mesure évidemment où ceux-ci sont capables de garantir la sécurité sanitaire et le bon fonctionnement de leurs activités.

Vous avez évoqué les règles. Il y a tout d’abord des règles générales – je pense au respect des gestes barrières et de la distanciation sociale –, qui doivent être respectées.

Face à une épidémie, le courage, c’est le civisme, c’est-à-dire le respect d’une règle commune.

Nous avons besoin de civisme, y compris dans l’acte le plus quotidien, celui d’acheter son pain. Néanmoins, cet appel au bon sens – ce dernier prévaut dans l’immense majorité des cas, nous le savons tous – ne suffit pas. Il faut bien évidemment organiser les choses de façon que la sécurité sanitaire soit assurée.

C’est la raison pour laquelle la ministre du travail, avec les organisations syndicales et toute une série d’experts, a lancé une réflexion visant à produire des guides de bonnes pratiques, métier par métier, activité par activité. Ces documents sont très concrets et souvent très imagés. Il s’agit de proposer de bonnes conduites permettant d’atteindre l’objectif que nous nous sommes fixé.

Ces guides sont désormais au nombre de trois, me semble-t-il, et s’appliquent notamment à la boulangerie et aux métiers de caisse.

J’invite l’ensemble de ceux qui participent à cette chaîne d’activité à se reporter à ces guides et à les mettre en œuvre. C’est à ce prix que nous pourrons faire prévaloir à la fois les règles de bonne conduite, de civisme et de sécurité sanitaire et la nécessaire poursuite de l’activité. Les petits artisans du commerce alimentaire et les grandes surfaces de distribution alimentaire doivent continuer leur activité et survivre. Elles rendent en effet à la Nation un service inestimable.

Dans une période de confinement, il ne peut y avoir uniquement l’activité hospitalière et l’activité de soins. Il faut bien que notre pays continue à manger et à disposer d’électricité. Toute une série d’activités doit continuer à être assurée, parfois dans le cadre d’un service minimum, afin que les chaînes logistiques ne s’interrompent pas, pour ne pas perturber in fine la continuité de la vie de la Nation.

Autrement dit, il faut conjuguer trois éléments : respect du civisme, coup de chapeau à ceux qui organisent la production et distribution et guides de bonnes pratiques. J’espère que, ainsi, tout se passera pour le mieux.

M. Jean-Claude Requier. Très bien !

Question d'actualité sur les moyens alloués aux co...
Question d'actualité sur l'aide aux entreprises re...

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.rdse-senat.fr/