Contact     Extranet     facebook      twitter      youtube      rss

 

Question orale sur l'éclairage public et la protection de l'environnement

M. le président. La parole est à M. Henri Cabanel, auteur de la question n° 2091, adressée à Mme la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.

M. Henri Cabanel. Monsieur le secrétaire d'État, l'éclairage public est un défi majeur pour les collectivités locales, en matière d'économies d'énergie, d'économies financières et de protection de l'environnement.

Il représente 45 % des consommations d'électricité et 40 % des factures pour les collectivités qui en assument la compétence.

Dans mon département, l'Hérault, le syndicat mixte Hérault Énergies a réalisé en 2015 un diagnostic du patrimoine d'éclairage public de 150 communes volontaires. Sur le fondement des conclusions de cette étude, 140 communes, plutôt rurales, lui ont transféré leur compétence en matière d'investissement.

Le plan de relance de l'État constitue une occasion unique d'amplifier les démarches entreprises par les syndicats.

Toutefois, la réussite de cette mission rencontre encore des obstacles. Les projets de modernisation de l'éclairage public ne sont pas éligibles à la dotation de soutien à l'investissement local (DSIL), très majoritairement orientée vers la rénovation thermique des bâtiments.

Pourtant, l'éclairage public pourrait faire l'objet de gains énergétiques et financiers importants, simples à mettre en œuvre.

Monsieur le secrétaire d'État, les syndicats mixtes peuvent-ils déposer des demandes d'aide au titre de la DSIL ? Quelles en sont les modalités ?

M. le président. La parole est à M. le secrétaire d'État.

M. Joël Giraud, secrétaire d'État auprès de la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la ruralité. Monsieur le sénateur Cabanel, vous m'interrogez sur la possibilité de financer, via la DSIL, des projets de modernisation de l'éclairage public, y compris lorsqu'ils sont mis en œuvre par des syndicats.

Je tiens tout d'abord à rappeler que rien n'empêche de mobiliser cette dotation en faveur de tels projets. Non seulement cette possibilité existe, mais elle est de plus en plus utilisée. Ainsi, en 2020, sur 3 568 projets subventionnés au titre de la DSIL, 118 portaient sur la rénovation de l'éclairage public ; le montant total des subventions attribuées s'élevait à 13 millions d'euros et le coût total des projets à 49 millions d'euros.

Ces projets de rénovation peuvent par exemple porter sur l'éclairage propre à un bâtiment spécifique, comme un gymnase ou une mairie, ou sur l'éclairage de la voirie.

En outre, la dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR) concourt également au financement de la rénovation de l'éclairage public des collectivités locales. Ainsi, en 2020, sur les 20 464 projets subventionnés au titre de la DETR, 222 portaient sur la rénovation de l'éclairage public ; le montant total des subventions attribuées s'élevait à 4,6 millions d'euros et le coût total des projets à 15 millions d'euros.

Les dotations du plan de relance – et plus particulièrement la DSIL exceptionnelle et la DSIL rénovation énergétique – ont permis de compléter la DSIL de droit commun, ainsi que la DETR. Ainsi, en 2020 et 2021, sur 11 000 projets financés au titre de ces deux dotations déployées dans le cadre de la relance, 550 portaient spécifiquement sur la rénovation de l'éclairage public. Au total, ces projets, qui ont bénéficié de 57 millions d'euros de subventions, ont permis dans la grande majorité des cas de dépasser la cible recommandée de 30 % d'économies d'énergie. Les moyens consacrés au soutien de la modernisation de l'éclairage public sont donc bien réels et ont été fortement renforcés en 2020 et en 2021 à la faveur de la relance de l'activité.

Vous m'avez interrogé sur la possibilité pour les syndicats mixtes de bénéficier de ces subventions ; je vous répondrai en trois temps.

Tout d'abord, il est vrai que les syndicats mixtes ne sont pas éligibles à la DSIL, qui a pour premier objectif de participer au financement des projets des communes et des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre.

Toutefois, il existe une dérogation à cette règle : lorsque la subvention s'inscrit dans le cadre d'un contrat signé entre une collectivité et le préfet, les maîtres d'ouvrage désignés par le contrat peuvent bénéficier de la subvention.

Enfin, la DETR, qui concourt également au soutien à l'investissement local au même titre que la DSIL, est ouverte aux syndicats de communes dont la population n'excède pas 60 000 habitants et aux syndicats mixtes composés exclusivement de communes et d'EPCI.

M. le président. Monsieur le secrétaire d'État, je vous serais reconnaissant de bien vouloir respecter le temps de parole qui vous est imparti.

La parole est à M. Henri Cabanel, pour la réplique.

M. Henri Cabanel. Je vous remercie pour ses explications, monsieur le secrétaire d'État.

Toutefois, les syndicats mixtes d'électrification rurale rencontrent de nombreuses difficultés pour formuler leur demande.

Votre réponse ouvre des pistes que je transmettrai aux syndicats pour les aider, via la DETR et la DSIL, à assumer ces investissements importants en matière d'économie d'énergie pour les communes rurales.

Question orale sur l'accompagnement des élèves en ...
Débat sur le thème : « L'amélioration de la prise ...

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.rdse-senat.fr/